Idées de loisirs : insecte, culturisme, compost

L’abc du rucher

Vous êtes ici : Planetloisirs » Animaux et insectes » Insectes » L’abc du rucher

6 Avr 2015   1 commentaire   1647 lectures   Insectes

Dans les zones d’élevage, on pourrait rencontrer des pavillons en bourrelet ou de grandes maisons abritant les petits insectes généreux. Toutefois, cet abri artificiel devrait disposer d’un excellent conditionnement afin de permettre à l’animal de vivre équitablement en toute sécurité. Cela lui permet d’être fidèle à l’endroit, mais également à produire du miel en toute abondance.

Comment se constitue une ruche d’abeille ?

Généralement inspirée du tronc d’arbre traditionnel, une ruche est fabriquée à partir du bois. Ce serait également la meilleure matière pour le bien-être des abeilles et de leur cire et aucune autre ne serait mieux. Il s’agit d’une caisse qui, en outre d’abriter, offre également la sécurité à toute la colonie d’abeilles. Elle devrait disposer d’un ou de nombreux orifices qui permettraient aux butineuses de faire leur vas et viens en permanence.

En Europe, l’espèce d’abeille la plus répandue est Apis mellifera.

Comment former une colonie d’abeilles dans une ruche ?

La ruche construite, la question suivante est : comment attirer les abeilles pour la coloniser ? En principe, la colonie suit une reine, on peut trouver celle-ci chez certains fermiers ou chez les vendeurs d’accessoire de ferme.
On installe la reine dans la ruche, puis petit à petit, la colonie va se former : on parle “d’enruchement”. La colonie, qu’on appelle également essaim peut se constituer de milliers d’abeilles.
En abondance, cela pourrait aller jusqu’à des dizaines de milliers d’individus.

La population d’une ruche

Une ruche est primordialement constituée d’une reine unique qui est le centre d’intérêt de toute la colonie. Sans celle-ci, la ruche risquerait de se vider. Les butineuses sont appelées les ouvrières. Ces femelles constituent les principaux éléments producteurs de l’essaim. Les faux-bourdons restent dans la ruche pour s’accoupler à la reine.
Enfin, le couvain qui est constitué de larves, des œufs et des nymphes.

Comment se développe une reine ?

La reine unique joue un rôle important et indispensable dans la survie et le dynamisme de la colonie.
En effet, elle est la seule femelle qui pourrait pondre des œufs dans tout l’essaim. Une reine est au début une larve fraîchement pondue sélectionnée par les ouvrières qui la nourrissent de gelée royale.
Dès le début, la reine est celle qui a gagné, car les ouvrières ont donné la chance à quelques larves pour en devenir une reine, mais une seule qui aurait réussi éliminera les autres dans leur croissance. Cette action est imitée dans des conditions artificielles.

Quel est l’endroit idéal pour installer une ruche ?

Généralement, toute personne souhaitant installer une ruche serait à la recherche de bon miel.
Pourtant, l’abeille, afin de produire du bon miel, devrait butiner dans des fleurs dans la nature. Ce qui dit qu’un espace naturel en abondance de plantes à pollen serait idéal pour l’installation d’une ruche.
Les butineuses effectuent un rayon de trois kilomètres dans leurs déplacements, d’où, un écosystème correspondant serait probablement requis.

Ruches dans un jardin
Ruches dans un jardin

En une sortie, une abeille peut visiter 1000 à 1500 fleurs mais il faut butiner environ 5500000 fleurs pour obtenir 1 kg de miel ; cette tâche peut être faite en un jour par une colonie.

Serait-il possible de contourner la condition précédente ?

On rencontre rarement les installations dans les villes, par pur plaisir par exemple. Dans ce cas, on ne devrait pas s’attendre à une forte abondance, on se suffirait des maigres butins des ouvrières, car les fleurs sont limitées.
Un apiculteur pourrait contourner ces problèmes en pratiquant le nomadisme des colonies, c’est-à-dire, en déplaçant la ruche.
Dans cette situation, on suivrait les variations en altitude.

Quels sont les bienfaits d’une installation de ruche dans un endroit ?

Les abeilles jouent un rôle dans la pollinisation. Même si certaines fleurs ne nécessitent pas de corridor, l’action des abeilles pourrait assurer une augmentation de rendement.
Sinon, certaines plantes ne peuvent produire que sans les actions des pollinisateurs.

Abeilles dans une ruche
Abeilles dans une ruche

Ce qui veut dire que les abeilles ne sont pas des animaux avares et nuisibles, elles font charité à tout l’écosystème en outre du bon miel qu’elles produisent tout au long de l’année.

Comment prendre soin de sa ruche ?

Un bon apiculteur surveille sa ruche. En tant que professionnel, il devrait le faire quotidiennement ! Même s’il s’agit d’une simple passion, l’entretien d’une ruche devrait se faire périodiquement. La sécurité de la colonie devrait être assurée, car certains insectes prédateurs pourraient endommager tout le miel produit par suite à une simple intrusion dans la ruche. Dans ce cas, l’intérieur de la ruche est également à contrôler régulièrement.
Il en est également de la présence et de la santé de la reine, sans laquelle, la ruche serait dévastée.

Autrement, qu’est-ce qui pourrait conditionner une installation de ruche ?

Comme tout être vivant, le besoin en eau constitue un élément vital pour la colonie d’abeilles. Ce qui fait que l’installation devrait se faire aux environs d’une réserve d’eau, naturelle – c’est-à-dire une source, un lac, ou une marre – ou artificielle, c’est-à-dire qu’on pourrait placer un abreuvoir ou un bassin afin de subvenir aux besoins en eau des abeilles. En outre, la propreté est une condition sine qua non de toute installation.

En France, en 2013, on dénombrait 60000 apiculteurs (amateurs et professionnels), 1300000 ruches et 26000 tonnes de miel récolté.

Serait-ce possible d’installer les ruches dans les villes ?

Dans ce cas, il en est nécessaire de tenir compte du rayon de déplacement des ouvrières. On pourrait s’attendre à tout type de résultat, c’est-à-dire qu’il serait possible d’obtenir un très faible rendement à l’encontre de cette pratique.
L’apiculture en outre des simples passions serait tant probablement le fruit des volontés de recherche sur les espèces ou sur les productions.
Toutefois, les colonies peuvent parfaitement s’adapter à toutes les conditions de vie dans les villes.

Que faire des dangers des piqûres d’abeilles ?

Une piqûre d’abeille pourrait uniquement faire mal à n’importe qui. À un certain nombre, les piqûres peuvent se montrer périlleuses et pouvant même causer la mort des victimes. C’est pour cela que l’apiculteur devrait se défendre avec une tenue couvrante de la tête au pied afin d’esquiver les piqûres. Cette combinaison est munie d’une voile au niveau du visage afin d’assurer la vue et d’un gant épais au niveau de la main.

De quel danger les ruches sont-elles exposées ?

Il est nécessaire d’assurer la sécurité des abeilles via la ruche, car ces petits insectes sont fragiles à de nombreux facteurs tels que le froid ou les rayons du soleil. Cependant, la chaleur n’est pas la bienvenue, la ruche devrait être totalement aérée. Il est également conseillé d’éviter les endroits malsains pour installer les ruches, la zone d’installation devrait être riche en écosystème, mais loin des autres espèces afin d’éviter les prédateurs et les intrusions.

Quand est-ce que le miel est prêt ?

C’est la finalité de toutes les ruches, le bon miel ! En effet, les abeilles produisent du miel pour les consommer pendant les périodes difficiles. Il s’agit alors d’une question de saison, les abeilles butinent pendant les floraisons et le miel est prêt avant ou pendant l’hiver. L’apiculteur est conscient de la vie de la colonie, c’est-à-dire que celui-ci devrait remplacer le miel par d’autres types de nourriture, ce qui permettrait également d’assurer la survie des espèces et leur production pendant l’hiver.

Comment extraire le miel ?

Pour extraire le miel, l’apiculteur est déjà en blindé avec sa combinaison, son masque et ses gants. Sur ce, l’enfumage permet d’adoucir la colonie. Cette technique consiste à envoyer de la fumée à partir d’un enfumoir afin de déranger les ouvrières qui s’occuperont primordialement de ventiler la ruche au lieu de s’occuper de ce prédateur.

1
Poster un Commentaire

1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses aux commentaires
0 Abonnés
 
Commentaire le + actif
Commentaire le + populaire
1 Nombre de personnes ayant commenté
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Fabienne

Et quel est le meilleur miel du monde ? Celui du Yemen ? En tout cas, il est assez cher.