Idées de loisirs : design, mölkky, amis

L’orpaillage, le retour de la fièvre de l’or

Vous êtes ici : Planetloisirs » Culturel » L’orpaillage, le retour de la fièvre de l’or

21 Juil 2014   6 commentaires   1210 lectures   Culturel

L’or est un métal précieux très prisé dans la confection des joyaux et des bijoux. Elle se trouve en très faible quantité sous la terre et dans les cours d’eau et exige des techniques bien élaborées pour son exploitation.

Le métier d’orpailleur : l’exploitation artisanale de l’or

Ainsi, pour une exploitation artisanale, c’est l’orpailleur qui a pour tâche de rechercher l’or dans les rivières. L’or exploité dans les rivières et sous terre n’est pur qu’à 90 ou 95% puisqu’elle est mélangée à d’autres métaux tels que l’argent et le cuivre. C’est sa couleur jaune si caractéristique qui le rend tout de suite reconnaissable.

Historique et origine de l’orpaillage

La technique utilisée dans la recherche des pépites d’or s’appelle l’orpaillage. C’est une technique qui remonte à des centaines d’années. En France, la recherche de l’or a débuté avec les Gaulois et les Romains dans la région des Pyrénéens.
De l’autre côté de l’Atlantique, on se souvient encore de la ferveur “la ruée vers l’or” qui conquit toute la Californie dès 1848. C’est par millions que les travailleurs sont arrivés à la recherche de l’or dans les rivières qui serpentaient la région.

C’est en 1814, en France, qu’on a observé un déclin de la profession de l’orpaillage dû à la rareté de l’or dans les régions où s’effectuait son exploitation.
Les rivières avaient été si surexploitées qu’elles ne peuvaient plus fournir le même rendement. Et comme le travail d’un orpailleur s’effectue dans les conditions difficiles, le retour sur investissement et le temps mis dans sa recherche ne donnaient plus les résultats escomptés.
Mais depuis quelques années, l’or (qui reste une valeur “refuge” tant sa rareté en fait une chose recherché) ré-attire les orpailleurs (amateurs) notamment dans les rivières aurifères en Normandie et dans les Pyrénées.

Avantages et inconvénients de l’orpaillage

Dans certaines régions, les orpailleurs arrivent encore à faire des bénéfices mensuellement, ce qui leur permet de poursuivre leur profession. Grâce aux pépites récoltées après une journée où une période donnée, l’orpailleur est assuré de les revendre.
L’or est une pierre précieuse très sollicitée dans les marchés qui trouvera toujours une clientèle. En effet c’est avec ces pépites d’or que l’on confectionne les bijoux et les pendentifs commercialisés dans les plus grands magasins de bijouterie.
Comme les prix des bijoux sont en nette augmentation depuis plusieurs années déjà, l’orpailleur est assuré de la pérennité du marché face à une demande croissante.

Cependant, l’orpailleur est confronté à d’énormes difficultés qui ont contribué au déclin de la profession dans plusieurs régions à travers le globe :
• il est exposé au mercure dont l’inhalation provoque de graves conséquences au niveau des muscles et du système nerveux
• compte tenu de la position courbée qu’il adopte pendant son travail, l’orpailleur est soumis à une dégradation de ses reins
• trouver des pépites demande du temps et certains mettent des semaines entières avant de trouver quelques grammes, ce qui contribue à décourager une grande partie de nouveaux orpailleurs qui souhaitent s’exercer dans ce métier

Matériels d’exploitation de l’orpaillage

Pour pouvoir séparer l’or natif des alluvions, on emploie un principe physique simple : la gravité.

L’orpaillage industriel et artisanal utilise des matériels pour retenir l’or dont les plus connus sont :
• la rampe de lavage : encore appelée sluice, elle est conçue généralement en bois ou en métal recouvert d’un tapis spécial qui va retenir l’or au moment de faire écouler l’eau
• la drague aspirante : encore appelé succion dredge emploie une pompe pour aspirer les alluvions contenues dans la rivière. Ces alluvions seront par la suite déversées dans une rampe de lavage

Les lieux où se pratique encore l’orpaillage

De nos jours, on ne parle plus de “ruée vers l’or” parce que la profession ne génère plus autant de bénéfice qu’auparavant. Mais la profession d’orpailleur a repris un souffle nouveau grâce aux nouveaux procédés de recherche. Ce qui permet de rechercher l’or sur une grande surface pendant une durée moins longue.
On note donc une activité intense de la recherche de l’or dans les aurifères de Normandie, de Pyrénées, des Alpes et de l’est de la France.
De même en Guyane et dans certains départements d’outre-mer (DOM) français, on trouve encore de nombreux orpailleurs qui exercent cette profession. Les petits exploitants en France utilisent de petites dragues suceuses couplées à une motopompe pour chercher les pépites d’or.

Cependant, il faut noter que l’exploitation de l’or est très réglementée compte tenu de la réglementation sur l’environnement que tout orpailleur est tenu de respecter.

Dans plusieurs pays africains et au Brésil, les orpailleurs sont nombreux, mais les conditions de travail sont exécrables. La plupart sont organisés en association et les pépites d’or exploitées au cours d’une journée sont revendues directement chez les marchands d’or. Mais il n’existe pas une réglementation fiable pour l’organisation de ce secteur d’activité dans ces pays.

6
Poster un Commentaire

6 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses aux commentaires
0 Abonnés
 
Commentaire le + actif
Commentaire le + populaire
6 Nombre de personnes ayant commenté
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Home Design Agencement

Salut,

Vous dîtes que la recherche d’or se fait en Normandie ? Il existe vraiment des orpailleurs dans cette région ? Je me demande comment ils trouvent les “spots” pour rechercher de l’or. Si ça se trouve, il aurait plus de chance d’en trouver sur les plages de Loire Atlantique après les vacances 😛 .

Pour le Brésil, ça n’est pas la règlementation qui n’est pas fiable, c’est surtout la façon de l’appliquer qui ne l’ai pas. La règlementation protège particulièrement bien l’environnement. Mais ça c’est juste en théorie….

A bientôt,

Isa973

Bonjour,
Concernant la Guyane, vous oubliez un problème majeur : l’orpaillage illégal, pratiqué par des “garimpeiros” venus du Brésil pour pratiquer le pillage de l’or guyanais. Les ravages sur l’environnement sont dramatiques, la destruction des lieux de vie des amérindiens guyanais est quotidienne et le mercure (interdit en France depuis le 1er janvier 2006) est utilisé pour amalgamer illégalement prélevé ; le taux de mercure analysé sur les cheveux des amérindiens du Haut Maroni est catastrophique !
Je vous encourage à consulter les liens suivants pour prendre connaissance de l’ampleur de la situation :

https://www.facebook.com/pages/Pour-que-la-classe-politique-sengage-contre-lorpaillage-ill%C3%A9gal-en-Guyane/329439427189201?focus_composer=true&ref_type=bookmark

http://www.solidarite-guyane.org/

jean @ site internet montauban

Vu les dégâts environnementaux et sociaux que ce là cause …. toujours pareil, destruction des milieux naturels. De plus , la grande majorité de personnes qui y travaillent sont des pauvres gens, qui restent aussi pauvres d’ailleurs même en trouvant un peu d’or, puisque la vie sur les sites d’orpaillage est très chère …

Fabienne

C’est comme jouer au loto en fait, si un jour on trouve quelques grammes on se dit qu’on va en retrouver et ainsi de suite.
Je ne veux pas généraliser mon point de vue sur tous les orpailleurs car il y a bien des gens qui sont très pauvre et sont ainsi exploités pour prélever de l’or en travaillant je ne sais combien d’heurs par jours et sous quelle conditions !
Le lien de @Isa973 est intéressant pour en savoir plus.

melanie

On entend toujours parler de contrebande quand il s’agit d’orpailleurs, souvent la commercialisation d’or extrait des mines africaines n’est pas soumise à des taxes ou à des obligations de déclaration.
Ni sur le continent noir, ni en Europe.
Le plus beau c’est que l’or acheté à des pauvres gens pour des miettes de dollars va directement vers les grandes banques internationales 😮 c’est cruel mais c’est la vérité !!

Anthony

L’orpaillage est un métier difficile et même quelques fois complètement interdit dans certains pays qui se préoccupent de l’environnement. De plus, il y a déjà beaucoup d’or extrait de la terre et la recherche d’or supplémentaire nécessite de plus en plus de moyen. Je ne crois qu’une nouvelle “ruée vers l’or” va se reproduire à l’avenir ou alors pas de la même manière qu’à la grande époque.