L’art du bonsaï

Vous êtes ici : Planetloisirs » Jardinage » L’art du bonsaï

20 Mai 2015   2 commentaires   2007 vues   Jardinage

Un bonsaï signifie littéralement une plante ou un arbre cultivé dans un pot. Et dans la tradition japonaise, “le bonsaï” c’est quoi ?
C’est une plante ou un arbre en miniature obtenu à partir d’un végétal normal planté avec un ou deux rochers dans un pot.

Bonsaï fleuri
Bonsaï fleuri

Il convient de noter que cet arbre ou cette plante est miniaturisé par des techniques de tailles particulières (taille des feuilles et des racines) et en ligaturant ses branches (une technique délicate qui est effectuée avec soin pour ne pas blesser l’arbre).

L’histoire du bonsaï

Tout d’abord, il est à noter que ce sont les chinois qui furent les premiers à planter des arbres en pot (penjing) entre 206 av. J.-C et l’an 220, sous l’influence de la philosophie taoïste et bouddhiste.
L’art des bonsaï a vu le jour au Japon vers le VIe siècle et le VIIe siècle par des moines bouddhistes. Notez que selon les croyances de l’époque, le bonsaï permettait à ceux qui le contemplaient de se sentir en harmonie avec le monde, mais aussi avec soi-même et les autres.

Aujourd’hui, la culture du bonsaï permet non seulement au japonais de renouer avec les traditions ancestrales, mais aussi dans un but esthétique et artistique. Pour eux, le bonsaï est beaucoup plus qu’un arbre ou une plante en pot… c’est une représentation idéalisée de la nature !

Choix du bonsaï

Avant toute chose, sachez que le choix du bonsaï dépend de plusieurs facteurs, notamment les compétences de l’acheteur, ses préférences, ses possibilités d’accueil… En effet, un bonsaï nécessite beaucoup de patience et d’attention comme tout être vivant. Il doit vivre protégé des rayons nocifs du soleil, passé l’été dans le jardin…

Alors, comment choisir un bonsaï ?
Tout d’abord, vous devez vous poser quelques questions de bases : le choix de l’espèce et l’état général de l’arbre (état sanitaire).
Pour ce qui est du choix de l’espèce, sachez à titre indicatif que rares sont les espèces capables de se développer en intérieur, pour ne citer que la Crassula (un genre botanique comprenant 300 espèces succulentes originaires d’Afrique du Sud…), le Schefflera (constitue un groupe d’arbres tropicaux vivaces au luxuriant feuillage persistant, originaires de l’Asie et l’Amérique centrale…), la Portulacaria (un genre de plantes à fleurs…).
Il est important de bien se renseigner sur les défauts et qualités de ces espèces. En effet, choisir un arbre en bonne santé vous demandera moins d’effort et de soins.

Prélever un bonsaï dans la nature : bon à savoir

Créer son bonsaï par prélèvement dans la nature ! En effet, on peut créer un bonsaï par prélèvement au bord de la mer, en forêt dense ou en montagne. Cependant, ne prélevez pas une espèce si vous n’êtes pas capables de lui offrir les soins nécessaires à son épanouissement.
Notez que les 2 grandes saisons pour prélever sont le printemps et l’automne. Le prélèvement se fera au début du printemps pour les régions à hiver rude.
Quant aux régions à hiver doux, la meilleure période pour le prélèvement se situe en automne.

Pour ce faire, munissez-vous des outils adéquats et choisissez un petit spécimen (qui n’aura pas de grandes ramifications dans le sol). Puis, enrobez-le de sphaigne (un type particulier de mousse qui se dégrade lentement et qui garde longtemps l’humidité) pour préserver les racines.

Entretien du bonsaï

Pour ce qui est de l’entretien du bonsaï, cela dépend de votre situation géographique et de l’étape de culture du spécimen. Il convient de noter que les 2 règles de bases pour sa survie sont : l’apport de l’eau et la lumière du soleil. Ce denier fait partie de l’un des indispensables, car il apporte l’énergie nécessaire non seulement à la survie de l’arbre, mais aussi à son développement.
Bref, l’eau et de la lumière sont donc indissociables du bonsaï pour son équilibre et son épanouissement.
Mais ce n’est pas tout, il ne faut pas négliger le substrat ! C’est le support ou la base sur lequel se développe l’arbre. Le substrat est généralement composé de l’akadama (granules d’argile japonaises), le pouzzolane (fragments de pierres volcaniques qui permettent la rétention de l’eau et l’aération du substrat) et le terreau.

Un bonsaï vous tente ?

Article rédigé par Jeanne de Marco Vasco Japon


Cet article vous a plu ? Partagez-le !

2 commentaires »

  1. Absolument et comment que ça me tente sauf que vous dites que peu vivent à l’intérieur ! Et chez moi il n’y a pas de jardin donc …
    En tout cas c’est jolie et très significatif aussi c’est comme une œuvre d’art mais naturelle.

    RépondreRépondre
  2. Le bonsaï est un art à part entière. Il est très codifié et nécessite de longues années de pratiques pour le maîtriser. Pour ma part, je m’y suis essayé mais j’ai abandonné au bout de deux années par manque de temps et aussi parce que je vis en appartement. J’en referais sûrement un jour, lorsque j’aurai mon propre jardin.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!:

Captcha Captcha Reload